top of page

Méditation de l’hippocampe

par Sébastien Neveu


Collaborateur de l'Hippocampe



Durée : 19 min 25 sec


Transcription de l'audio :


Bonjour,


Je me présente, mon nom est Montréal. Oui, Montréal, vous avez bien entendu ! C’est bien moi cette ville, cette île que vous habitez, cet espace de vie que vous appelez « la maison », votre chez-vous. Vous me connaissez bien. Vous parcourez régulièrement mes rues, mon métro, mes parcs, mes différents quartiers. Vous connaissez mes restaurants, mes musées, mes saisons, ma montagne, mes berges, mes marchés publics. Vous fréquentez mes festivals, mes bibliothèques, mes ruelles, mes jardins communautaires, et j’en passe.


Je suis sûr que plusieurs de ces lieux résonnent en vous. Leurs échos se propagent en vous, caressent et activent vos sens. À l’évocation de mes berges, vous entendez peut-être déjà le fleuve s’écouler. Peut-être qu’en évoquant le Mont-Royal, vous sentez le vent de mes sommets sur votre peau. Peut-être qu’en évoquant mes quartiers, mes rues, l’enseigne lumineuse de votre dépanneur se reflète dans vos yeux. Peut-être qu’à l’évocation de mes marchés, des odeurs de fruits, de fromages, des couleurs estivales et autres vous transportent sur mes étales. Les exemples sont infinis, ils sont uniques et vous appartiennent intimement.


Je m’adresse à vous, aujourd’hui, car je souhaite vous rencontrer personnellement, vous connaître plus intimement. Je vous emmène donc dans une étonnante excursion. Je vous propose une extraordinaire promenade statique au cours de laquelle je serai votre guide. Nous partirons ensemble explorer les chemins de vos sens, de votre mémoire et de vos émotions. Nous solliciterons un à un, vos yeux, vos oreilles, votre nez, votre bouche et vos mains, afin d’éveiller, d’activer vos souvenirs et vos émotions qui nous lient, vous et moi. Nous tenterons ensemble de rencontrer votre Montréal. Êtes-vous prêts ? C’est parti !


Tout d’abord, je vous invite à vous poser, à vous déposer, à ralentir votre rythme actuel. Trouvez-vous un endroit calme, tranquille, où vous savez que vous ne serez pas dérangés durant les prochaines minutes. Vous pouvez être debout, assis, couché, cela n’a aucune importance. Sentez-vous simplement à votre aise. Ensuite, fermez lentement les yeux et concentrez-vous sur votre souffle. Posez votre attention sur l’air qui entre et qui sort de vos narines. Remarquez l’air frais qui entre à l’inspiration, et l’air plus chaud qui sort à l’expiration. Vous pouvez aussi vous concentrer sur les mouvements de votre ventre. À l’inspiration, il se gonfle, et à l’expiration, il se dégonfle. Percevez ces mouvements naturels et instinctifs. Vous n’avez pas besoin d’y penser, ils se font tout seuls. Percevez les sensations de votre respiration, observez-les tout simplement. Nous ferons cela ensemble pendant une minute.


Mais avant de poursuivre, sachez qu’il est fort probable qu’au cours de ces 60 prochaines secondes, vos pensées vous emmènent loin de votre souffle. Vous retournerez peut-être dans le passé, revivre un souvenir. Vous serez peut-être transportés dans le futur, vous anticiperez éventuellement votre lendemain, une prochaine rencontre ou autres. Vous serez peut-être emmenés par votre imaginaire dans l’exploration de désirs, d’envies. Notez que cela est tout à fait normal. Ces vagabondages sont communs à chaque être humain. Notre esprit fonctionne ainsi. Lorsque cela se produit, remarquez que vous vous êtes éloignés, puis reconnectez-vous au moment présent, c’est-à-dire à votre souffle, à vos sensations, à votre sujet d’exploration. Soyez aussi conscient que vos pensées vous distrairont fréquemment, encore et encore, et qu’à chaque fois, vous les ramènerez tranquillement dans le présent.


Revenez maintenant à votre souffle, à l’air qui entre et à l’air qui sort de votre corps. Ressentez votre respiration. C’est donc parti pour une minute…


(exploration de 60 secondes)


Maintenant que vous êtes connectés à votre corps et à votre esprit, mettez de côté votre respiration, et déplacez votre attention sur vos mains. Quelles sensations éprouvez-vous ? Peut-être que vos mains sont froides ou chaudes. Vous ressentez peut-être des picotements ou autres. Percevez le contact de l’air sur le dos, puis sur la paume de vos mains. Prenez quelques secondes pour remarquer ces sensations ou cette absence de sensations car il se peut très bien que vous n’en perceviez aucune…


(exploration de 20 secondes)


Maintenant que vous êtes connectés à votre sens du toucher, paisiblement collez vos mains ensemble afin de former un bol, comme si vous deviez recueillir les derniers centilitres d’eau du désert du Sahara. Vos mains sont donc délicatement jointes. Ainsi ce précieux récipient vous permet de m’accueillir, j’apparais comme par magie dans vos mains, vous tenez Montréal en entier dans vos mains. Doucement vous pouvez donc me toucher, me palper, me caresser. Que ressentez-vous ? Que sentez-vous ? Suis-je solide, vaporeux, liquide ? Suis-je pesant, léger ? Suis-je piquant, doux, dur, soyeux ? Quelles sont vos sensations ? Qu’éprouvez-vous en ce moment ? Est-ce que des souvenirs apparaissent ? Gardez vos mains jointes, et durant les 60 prochaines secondes, arrêtons-nous sur ces sensations, sur les souvenirs et les émotions qu’elles ravivent…


(exploration de 60 secondes)


Maintenant, déplacez votre attention sur votre nez, inspirez, expirez, sentez l’air entrer et sortir de vos narines, soyez attentifs aux odeurs qui vous entourent…


(exploration de 20 secondes)


Puis, toujours en me conservant entre vos mains collées l’une à l’autre, approchez-les de votre visage et inspirez profondément, comme si vous respiriez le parfum de la plus belle fleur que vous ayez jamais vu. Est-ce une odeur sucrée, épicée, forte, discrète ? Est-ce agréable, désagréable ? Quels souvenirs apparaissent en vous ? Quelles émotions s’éveillent en vous ? En conservant vos mains ensemble, concentrons-nous la prochaine minute sur votre Montréal olfactif…


(exploration de 60 secondes)


Déplacez à présent votre attention sur vos oreilles. Qu’entendez-vous autour de vous ? Qu’entendez-vous proche de vous ? Percevez les sons environnants…


(exploration de 20 secondes).


Puis, tel un coquillage marin, amenez vos mains jointes à votre oreille gauche. Qu’entendez-vous ? Que vous murmure Montréal ? Entendez-vous de la musique, une voix, des sons mélodieux, distordus ? Est-ce du bruit, plusieurs bruits ? Quelles sensations, quelles émotions, quels souvenirs vous enveloppent présentement ? À nouveau, nous consacrerons une minute à votre Montréal sonore…


(exploration de 60 secondes)


Portez maintenant votre attention sur votre langue, votre palet, sur l’intérieur de votre bouche, et percevez vos sensations…


(exploration de 20 secondes)


Ensuite, portez vos mains toujours jointes à vos lèvres, et imaginez que vous me croquiez, que vous me léchiez comme si j’étais votre aliment préféré. Est-ce que je suis croquant, mou ? Est-ce que je suis chaud, froid, piquant ? Qu’est-ce que je goûte ? Qu’éprouvez-vous en ce moment et quels souvenirs s’offrent à vous ? Prenons une minute pour nous promener dans vos émotions, dans vos souvenirs de votre Montréal gustatif…


(exploration de 60 secondes)


Il nous reste un dernier élément pour compléter votre portrait de Montréal. Vos yeux sont toujours clos et vous m’enveloppez toujours assidûment. Déplacez tranquillement vos mains en avant, à hauteur de poitrine, puis ouvrez-les doucement. J’apparais ainsi à la lumière pour la première fois. Que voyez-vous ? Comment me voyez-vous ? Quelle est la première image que vous avez de moi ? Arrêtons-nous à nouveau une minute pour laisser vivre votre image de Montréal…


(exploration de 60 secondes)


Conservez encore quelques instants les yeux fermés afin d’accueillir toutes vos sensations, vos pensées et émotions…


(exploration de 20 secondes)


À présent, votre Montréal se tient là, fièrement devant nous : quel foisonnement de sens, quelle vie ! Avant de nous quitter, je tiens à vous remercier de m’avoir offert votre regard, de m’avoir partagé vos souvenirs. Merci d’avoir créé cette intimité. Sans vous je n’existerais pas.


Comentarios


bottom of page