top of page

Fabrice Koffy dans l'Hippocampe

22 novembre 2023


Photo : Denis-Carl Robidoux


Nous avons invité le poète Fabrice Koffy à rencontrer les participantes et les participants des Constellations de l'hippocampe lors d’ateliers organisés pour la création de l'œuvre au MEM – Centre des mémoires montréalaises. Il en est reparti avec beaucoup de visages dans le cœur.


Lors de la soirée de dévoilement de l'œuvre, le 17 novembre 2023 au cabaret du MEM, il a partagé sa traversée du projet par la lecture de ses textes. 


Voici une captation audio de sa performance et un de ses poèmes.



Les Constellations de l’hippocampe 

de Fabrice Koffy


Une œuvre va vers toi et te demande comment ça va ?

En toi, comment ça vit cette ville ?

Quelle en est la saveur ?

Au détour d’un métro, d’un quartier, d’un visage : un souvenir

Et cette ville a-t-elle une odeur ?

C’est une œuvre qui aimerait savoir ce que t’as à dire…

Comme d’autres, me manque mon pays, ma côte et ma mer 

Mais Montréal

À cette ville nous sommes branchés tel des clés de mémoires

Odeurs, sons, lieux, imprégnés en nous tel les briques d’un manoir

Montréal est peinture, nous sommes les Monet

Elle est la muse et nous sommes le moyen

Chacun va sa manière

Et cette ville te supporte

À elle tu te frottes, te piques, te brises

Avec elle tu fermes les yeux quand « M.T.L. » te fait la bise


Célébrons Montréal

En souvenirs, en odeurs

En photos couleur

Ou noir et blanc

Sépia, c’est bien

En mots

En marche

En silence

En marge

En marginal

À pied

En fauteuil

En bus

Ou à vélo

En bouquets

De fleurs et d’émotions

En prières

En cris

En cœurs

Ensemble

Ou seul

En médaillons

En constellations


Et dans ce poème, je t’invite à mon réel

Alchimie poétique, ici nos souvenirs jouent à la marelle

Nos souvenirs sont de filantes étoiles

Elle, Rapha, a voulu que l’on se constelle

Avant que l’on s’étiole

Que nos souvenirs se soudent comme de l’art public

Que Montréal connecte comme de l’art cosmique

Les débuts furent timides comme naissance de tout astre

Des humains se rencontrent, des joyeux, des mines tristes

Les allô s’entrechoquent, les câlins se serrent fort

Les comment ça va se font la bise, et moi dans les regards je cherche des trésors

Dans la cacophonie, chacun sculpte un peu de lui, pose une empreinte

Une marque, une trace, un moment que le temps prête

Tout le monde y met la main

L’amour se mime l’humeur

On connecte

Y a-t-il meilleur moyen de se connaître ?


Pour Gerry, Montréal goûte l’Expo 67, les feux d’artifice et la barbe à papa bleue

Pour Carole, la pizza carré avec papa le vendredi

La bouffe haïtienne, dit Italienne dans Saint-Michel

Mr. RougeVa, Arménien tombé au Liban

Et son cache-oeil de corsaire

Ses lèvres pincées

Bras croisés

En constellation

« Je ne suis pas né ici, mes souvenirs sont ailleurs. J’ai une vision anticipée du futur. 

Ensemble, conviviale »

Ensemble, chacun ses morceaux d’être

Avec ses rêves et les morsures de l’autre

Dans le ventre de l’Hippocampe, ils ont créé

Comme avec Montréal nous co-créons.

Commentaires


bottom of page