top of page

Journal de la grande oreille — groupe d’Anne-Sophie

par Camille Deslauriers Ménard


Collaboratrice de l'Hippocampe


Visite à l'école Des Roseraies


Décembre 2021



J’ai mis mon cerveau dans une boîte. Dedans, j’y ai mis mes souvenirs. Les supra «wow», les bons, les mauvais et les très laids. Sur le dessus de ma boîte, des points reliés, comme les souvenirs des Montréalais interconnectés. Comme un réseau de neurones.


Dans un coin de ma boîte, emmitouflé(e) dans une couverture douce, je me réveille. Aujourd’hui, je voyage dans mes saisons.


Je vais cueillir des pommes dans ma cour. Le vent fait bouger les feuilles rouges, oranges et jaunes des arbres. Maman propose qu’on dîne de sushis dégoûtants avec de terribles avocats. Je préfère manger une délicieuse lasagne ou une réconfortante soupe haïtienne. Maman accepte. J’ai hâte de manger.


Après dîner, dans mon appartement bizarre, je regarde par la fenêtre. Il neige. Des stalactites de glace tombent du toit. Les klaxons et la déneigeuse me cassent les oreilles. Un chien grogne et aboie. Je pense au goût de la neige jaune pleine de pipi. Beurk. Maman installe des lumières de Noël pendant que je mange des bonbons pas surets.


Cet après-midi, il pleut. Les bourgeons sortent avec le nouveau gazon. Ça sent la menthe. Dans la classe, je vois quelque chose de magique : des papillons qui sortent de leurs cocons. J’aimerais ça, moi aussi, devenir un fabuleux papillon.


En revenant de l’école, grand-père m’accompagne à la piscine. Le soleil plombe. Ark. Quelqu’un a vomi. Au moins, on finit par manger de la crème glacée à la vanille sur le top du Mont-Royal. Je cueille des belles fleurs. Le soleil se couche. La ville s’endort.


J’ai mis mon cerveau dans une boîte, et ma ville en son centre. Montréal est petite dans le fleuve de mes idées. Je referme doucement le couvercle pour ne pas réveiller mes amis. Je pense que je sais à quoi je vais rêver cette nuit.

Comentários


bottom of page